Acheter pour mettre en location, comment s’y prendre ?

Acheter pour mettre en location, comment s’y prendre ?

Depuis quelques années, l’immobilier fait partie des secteurs d’intérêt de nombreux professionnels et entrepreneurs pour augmenter leur revenu. Pour réussir un projet dans l’immobilier, il est important de faire des études approfondies avant de se lancer. Retrouvez en détails les astuces à tenir en compte d’avant acheter un bien pour le mettre ensuite en location.

Acheter pour mettre en location : Être réaliste

Penser grand, c’est bien, mais il faut tout de même être réaliste vis-à-vis de son ambition. Il est plus efficace de se lancer dans un projet réalisable et cela en fonction de son financement. Démarrez avec un petit projet et développez-le de temps en temps. À ce point, vous réduisez les éventuels risques de pertes et de surendettements.

Avoir des objectifs précis

Tout d’abord, fixer des objectifs précis est primordial avant d’initier votre projet. L’objectif est de connaître tous les enjeux afin de mettre en place une stratégie performante. Le porteur de projet doit pouvoir répondre aux questions suivantes :

  • Pourquoi s’investir dans ce genre d’actif ?
  • Comptez-vous investir dans l’immobilier locatif à comptant ou à crédit ?
  • Quels sont vos objectifs ?

Il est conseillé de ne pas se précipiter dans l’investissement d’immobilier locatif sans avoir une finalité précise. Les stratégies à adopter pour chacun de vos objectifs sont différentes. Si votre objectif final est de mettre en place un patrimoine durable, il faut adopter une stratégie adaptée. Par contre, si l’objectif est de gagner des revenus complémentaires, il faut agir différemment.

Si vous n’arrivez pas à fixer des objectifs, n’hésitez pas à faire appel à un professionnel dans le domaine.

Acheter pour mettre en location : Bien choisir l’emplacement du bien

L’étude de l’emplacement est également une étape à ne pas ignorer pour aboutir à ses fins. Pour cela, orientez votre choix vers une ville surpeuplée, bénéficiant d’une facilité d’accès aux transports en commun et d’une présence de nombreuses infrastructures commerciales. Le seul moyen de connaître toutes ces informations est de visiter le lieu.

Vous aimerez aussi :  Louer son appartement : les pièges à éviter

L’étape suivante à réaliser est de se renseigner via les annonces le taux de logement vacants sur le lieu élu et les tarifs de location fixés. Ce qu’il faut faire ensuite, c’est de proposer aux locataires un tarif raisonnable, et cela, par rapport aux tarifs pratiqués dans la ville. Si votre tarif est bien plus cher que celui des autres, votre bien ne se louera pas aussi facilement.

Par ailleurs, pour trouver facilement des locataires, assurez-vous que votre bien se trouve près des grandes industries ou bassins d’emplois. Ces milieux attirent beaucoup de particuliers.

Acheter pour mettre en location

Ne pas oublier l’étude du marché locatif et de l’immobilier

L’étude du marché consiste à connaître les tarifs adoptés à la location, les statistiques des logements vacants et la demande locative reçue dans la ville. Sur ce, il suffit de consulter les annonces immobilières via internet ou les journaux marketing.

Trouver un logement neuf durable et de qualité

L’investissement immobilier fait partie des investissements à long terme, qu’il sera destiné à la location, à la vente ou au logement personnel. En parlant d’investissement à long terme, l’opération doit durer plus longtemps. Il faut aussi faire en sorte de payer moins de frais et éviter les nombreuses obligations.

Investir dans un immobilier neuf est bénéfique puisque vous allez bénéficier d’une construction et des matériaux solides. Ces derniers sont écologiques, respectueux de l’environnement et répondent aux normes exigées. Ainsi, l’immobilier neuf vous permet de vous démarquer de la concurrence et de satisfaire les locataires. Or, un locataire satisfait vous génèrera certainement des revenus année après année.

Acheter pour mettre en location : Investir dans plusieurs biens immobiliers

Pour éviter les problèmes inattendus, diversifier les emplacements et les projets immobiliers est primordial. Pour cela, trouvez plusieurs petites surfaces dans des villes différentes. Ainsi, il serait mieux de faire un investissement sur plusieurs placements tels qu’un placement meublé, un studio et bien d’autres. Cela empêche certains problèmes en cas de loyers impayés ou de vacance locative.

Vous aimerez aussi :  Quelle est la meilleure orientation pour dormir ?

Être sérieux au choix du locataire et du promoteur

Le choix du locataire est une autre étape à considérer pour limiter les risques. En effet, il faut trouver un locataire bon payeur et qui va faire preuve de prudence envers la maison. Avant de choisir qui que ce soit, demandez des justificatifs de revenus à votre futur locataire. S’il s’agit d’une colocation, il est possible de demander une caution intégrale à chaque colocataire.
Avant d’acheter un bien, prenez en compte la notoriété du promoteur. Vérifiez le respect des normes et taux de mixité des habitations.

Vous devez aussi savoir calculer la rentabilité locative.

Faire appel à des professionnels de l’immobilier

Faire gérer votre projet de location immobilière par des agences spécialisées ou des syndics est essentiel. Ce sont des véritables spécialistes qui pourront vous aider à accroître vos rendements économiques. Ils vous accompagnent également dans les démarches à suivre et le recouvrement des créances.

En ce qui concerne leur honoraire, il est de 5 à 10% des loyers. Ce dernier est à déduire de vos revenus fonciers.

L’importance d’une garantie locative

Elle assure le règlement des loyers de votre logement à temps. Or, un versement de loyer garanti aboutit à la réussite de votre investissement immobilier.
Pensez à souscrire une classique assurance loyers impayés ou à la nouvelle garantie universelle des risques locatifs. Ce dernier est une sorte de couverture des créances qui oscille les 70 000 euros par habitation et des détériorations atteignant les 7700 euros. Effectuez la souscription auprès d’une compagnie d’assurance et laissez de côté les 1,5 à 2,5% de vos loyers.

Enfin, n’oubliez pas de considérer les pièges à éviter quand il s’agit de louer sa maison.