Ce qu’il faut savoir sur l’inconvénient du béton drainant

Durant la conception de votre extérieur, de nombreuses personnes proportionnent les espaces pour trouver le juste équilibre entre le végétal et le minéral. Généralement, les massifs végétalisés sont esquissés pour harmoniser et agrémenter l’ensemble de l’espace extérieur. Quant aux zones en dur et allées, elles sont destinées à faciliter et simplifier l’accès au logement. Dans l’aménagement d’espaces paysagers et de jardins, le béton drainant est très utilisé. Outre les avantages qu’il offre, il dispose aussi de ses inconvénients. Voici donc ce qu’il faut savoir sur l’inconvénient d’un béton drainant.

Béton drainant : qu’est-ce que c’est?

Le béton drainant peut absorber rapidement les eaux de ruissellement et directement les rejeter dans le sol. Elles n’ont pas alors le temps de se déverser dans les bouches d’engouffrement ou les grilles en suivant les pentes des allées. En effet, elles s’infiltrent dans les couches inférieures avant de retourner vers les nappes phréatiques.

À l’inverse des imperméables bétons classiques, le béton drainant dispose d’une porosité ouverte d’environ 20%. De ce fait, sa perméabilité permet aux eaux de le traverser pour aller vers les couches inférieures du sol.

Le béton drainant se constitue d’un mélange :

  • De ciment
  • De fibres de polypropylène
  • De granulats
  • De pigments de coloration
  • D’un adjuvant
  • D’eau

Souvent, chaque fournisseur dispose de ses propres proportions. Certains commercialisent le même produit en kit.

Quels sont les inconvénients du béton drainant?

Il est à savoir que le béton drainant requiert constamment un réseau d’assainissement quand le terrain retient de manière naturelle l’eau. C’est principalement le cas des sols argileux ne permettant pas une évacuation optimale des eaux de ruissellement dans les sous-sols. Ce qui est également le cas si la surface est empruntée par des voitures. En effet, tout comme l’eau, les hydrocarbures sont directement rejetés dans le sol et ont besoin d’être filtrés.

Vous aimerez aussi :  Fabrication de meubles : que choisir entre les panneaux MDF et OSB ?

Un certain savoir-faire est requis pour mettre en place du béton drainant. En effet, il doit être ratissé et claqué. Sa pose nécessite alors énormément de temps afin d’être optimale. Le béton drainant requiert un certain investissement, soit entre 70 et 100€ HT/m². Ce qui inclut de préparer le fond de forme, mettre en place le produit et les finitions. Voici également comment fixer un plafonnier avec un boitier DCL.

inconvénient béton drainant

Préparer et mettre en œuvre un béton drainant

Outre les compositions mentionnées plus haut du béton drainant, il est aussi possible d’y additionner un colorant à base de pigments naturels. Une excellente alternative pour bénéficier d’un béton coloré.

Il existe deux manières pour préparer le matériau : artisanale ou industrielle. Dans le premier cas, il peut être directement préparé sur chantier dans une bétonnière en quantités préétablies. C’est une solution permettant de réaliser en plusieurs fois les travaux.

Dans le second cas, la préparation se fait au sein d’une centrale. Ensuite, un camion-toupie l’achemine sur le chantier et il doit être impérativement mis en œuvre dans l’heure suivant sa livraison. Comme le mélange est livré prêt à l’emploi après son gâchage, un malaxage ou ajout d’eau supplémentaire demeurent proscrits. En effet, cela risque d’enlever la propriété poreuse du matériau.

Certains prérequis sont nécessaires pour la pose. En effet, avant la mise en œuvre, le sol doit être minutieusement préparé et fournir assez de réservations, soit un décaissage de 15-20 cm. Un décapage peut alors s’avérer utile. Les anciens revêtements de sols doivent être cassés. Quant à la sous-couche, elle doit être perméable. Il est également possible d’effectuer la pose sur une chape.

Vous aimerez aussi :  Tout savoir sur le mandat vente

Comment éviter les risques?

Pour éviter les risques de retrait ou de fissuration, il ne faut pas effectuer la pose directement sur le sol. Pour optimiser la pose, il est conseillé de mettre une sous-couche de cailloux concassés et compactés. Aussi, la pose de joints de dilatation en pavés ou en PVC est nécessaires tous les 20 m² ou 5 m linéaires.

Ensuite, le matériau est étalé et claqué. Il est recommandé d’ajouter un protecteur de surface anti-intempéries et anti-UV. Lorsque la mise en œuvre est faite, après quelques heures, il est possible de circuler sur la zone recouverte à pied. Cependant, il faut attendre une semaine avant d’y garer une voiture. Sur les surfaces uniquement piétonnes, une épaisseur de 7 cm environ suffit. Par contre, les surfaces carrossables requièrent une couche de 12 cm environ.