La mise en place, à Paris, du numéro d’enregistrement pour les appartements présentés sur les plateformes Internet, pourrait changer la donne et permettre un retour en force des locations meublées au sein de Paris.

Les contraintes locales mises en place par la Mairie de Paris pourraient cependant ne pas être les seuls facteurs permettant d’expliquer ce possible changement de tendance. En effet, des arguments économiques sont également à l’œuvre : la rentabilité des locations meublées est deux fois plus élevée, selon l’observatoire Clameur.

 

Une évolution législative qui devrait encore renforcer leur attrait

 

Par ailleurs, un élément supplémentaire pourrait venir renforcer l’attrait de la location meublée face aux géants de la location d’appartements via des plateformes Internet : la future mise en place du bail de mobilité, dont l’examen par les parlementaires est prévu à l’automne. Ce dispositif viserait spécifiquement les actifs en mobilité professionnelle temporaire et en CDD, soit autant d’individus pour lesquels les solutions proposées par les plateformes de location ne correspondent pas à leurs besoins, que ce soit en termes de durée ou de coût.

La FNAIM du Grand Paris souhaite accompagner et favoriser le développement des locations meublées et renforcer le rôle de l’agent immobilier dans le dialogue entre les propriétaires et les locataires ainsi que dans l’aide pour les démarches à effectuer.

 

Sources :

immobilier.lefigaro.fr

clameur.fr/