,

L’immobilier ancien à Paris et en Île-de-France ne flanche pas

Les notaires de Paris Île-de-France présentaient, début septembre, un point sur le marché immobilier francilien au second trimestre 2017. Selon leur analyse, les prix des logements anciens et le nombre de transactions ne cessent de croître.

Jusqu’où les prix de l’immobilier francilien en général et parisien en particulier vont-ils monter ?

Selon cette étude, le prix des appartements a augmenté de 4,9% en un an en Île-de-France. Cette hausse est tirée par la capitale, où les prix ont augmenté de 6,6% en un an. Même les arrondissements dits « populaires » de l’est parisien sont désormais inaccessibles au plus grand nombre.

Près de 9000 euros le mètre carré

À Paris les prix ne sont plus loin des 9.000 €/m2. Les huit premiers arrondissements centraux dépassent les 10.000 €/m2. Les VIe et VIIe restent les arrondissements les plus chers à plus de 12.000 €/m2. Pour autant cela ne rebute manifestement pas certains acheteurs puisque selon les notaires environ 150 ventes se sont réalisées à plus de 2 M€ et une poignée d’appartements se sont vendus à plus de 30.000 €/m2 (un duplex à Montparnasse, un appartement à Port-Royal, un 2 pièces sur les Champs-Élysées, etc.).

Plus si populaires

La capitale ne compte plus que trois arrondissements à moins de 8.000 €. Ce sont les quartiers de l’est parisien réputés populaires : les XVIIIe (7.860 €/m2), le XIXe (7.050 €/m2)  et le XXe (7.230 €/m2).

Néanmoins, un ralentissement de la hausse à prévoir…

Les indicateurs avancés sur les avant-contrats des notaires franciliens semblent toutefois indiquer que les prix de vente devraient marquer une pause dans les prochains mois. A Paris, le prix au mètre carré ne devrait augmenter que de 0,6% de juillet à octobre 2017. Quelques départements connaîtraient même une légère baisse de la progression sur cette période.

Des ventes en forte hausse à Paris, en Petite et en Grande Couronne

Le nombre d’appartements vendus est en très forte augmentation avec respectivement + 23% (soit 14.000 appartements anciens vendus au 2e trimestre 2017 en Petite Couronne) et + 25% (ce taux représente 9.000 appartements anciens vendus au 2e trimestre 2017 à Paris). Les ventes de maisons profitent aussi de cette dynamique. Les prix plus modérés qu’à Paris incitent manifestement de nombreux acquéreurs à franchir le périphérique.

 

> Pour en savoir plus sur les prix de l’immobilier ancien à Paris